BD : La couleur de l'air

Auteur : Bilal

Editeur : Casterman



Enki Bilal est un dessinateur dont le sens de l’image force l’admiration… et dont les scenarii en zones inconnues nous égarent souvent, repoussant parfois les limites de la bande dessinée et de notre vision. On reconnaît aussi au véritable artiste cette capacité à prendre le risque d'échouer... ce qui me semble être le cas ici, malgré la sincérité perceptible dans la démarche de l’auteur.



Après la mythique trilogie Nikopol et la semi-réussite de Monstre*, Bilal nous avait proposé le très beau Animal’z*, un album pouvant se lire comme un one-shot, mais aussi comme le volet d’ouverture d’un "triptyque planètologique"... qui se clôt aujourd’hui avec La couleur de l’air. S’y rejoignent donc les récits d'Animal’z et de Julia et Roem*,  avec leurs deux groupes de survivants distincts, évoluant dans un contexte post-apocalyptique et un décor indéfini. Il y a un peu de l'Arche de Noé dans tout ça.




Progressivement, le crayon graphite sur papier teinté laisse à nouveau place aux couleurs acryliques. Comme une lueur d’espoir dans un univers plombé ? Sans en dévoiler le contenu, l’épilogue métaphorique (un peu maladroit) semble traduire les rêves utopistes de Bilal. Quant à l’ultime image, ceux qui connaissent la pochette de The Road To Hell de Chris Rea se demanderont légitimement s’il s’agit d’un clin-d’oeil.




Certaines cases, prises isolément, sont magnifiques. C’est principalement dans les plans d’ensemble et demi-ensemble, ainsi que dans les dessins animaliers que le trait libéré et dépouillé de Bilal fait merveille. En revanche, ses plans rapprochés d’humains rendent ses “tics” graphiques, les répétitions de physionomie et les approximations anatomiques de plus en plus gênants.

Gênant aussi est la confirmation de ce choix de typographie et de phylactères informatiques désolidarisés de l’image, qui ne correspondent en rien au trait de l'auteur. Même si le procédé octroie la possibilité à Bilal de se limiter au plaisir de dessin et d’écriture, le résultat est esthétiquement discutable et met en exergue la faiblesse des dialogues. Sans parler d'autres lacunes des textes, comme une non-distinction entre les divagations et les informations pertinentes dont il faut tenir compte pour suivre.

 

Il est vraiment dommage d’observer ici tant de défauts se mêler aux talents de ce grand Monsieur de la bande dessinée. 

Chronique par Jean Alinea


* Découvrez toutes nos chroniques 
à propos d'ouvrages d'Enki Bilal :

ainsi qu'une longue interview de l'auteur !