BD : Le diable des sept mers - T01

Auteurs : Hermann et Yves H.
Editeur : Dupuis


Le dessinateur des mythiques Comanche, Bernard Prince ou Jeremiah avait surpris tout le monde avec une seconde "grande période" de sa carrière : dès le milieu des années ’90 s’enchaînaient des albums flamboyants en couleurs directes, tels Sarajevo-tango, Caatinga, On a tué Wild Bill, Liens de sang, ou un retour inespéré de la série Bois-Maury Mais depuis quelques années, la production de Hermann est en dents de scie (à éviter absolument : La vie exagérée de l’Homme Nylon, Sur les traces de Dracula, The girl from Ipanema). Elle nous réserve heureusement encore quelques bons moments…

Le récit du Diable des sept mers semble voguer entre aventure épique façon Stevenson et ambiances fantastiques mâtinées d’influences frères Coen. Ambitieux programme, dont nous verrons dans la seconde et dernière partie si elle tient ses promesses*.


Le récit de piraterie s'annonce en bonne et due forme, avec chasse au trésor, histoire d’amour et surtout règlements de comptes sanguinaires entre pirates et autres petits et grands truands.


Peut-on voir là de l’opportunisme à l’heure où le triptyque Pirates des Caraïbes est le plus gros succès du box-office ? Non. Il faut remonter au début des années ’80, époque à laquelle Roman Polanski himself avait demandé à Hermann de storyboarder son projet de film Pirates… avant d’annuler la commande pour des raisons de production. Une série d’esquisses très documentées sont donc restées longtemps dans un tiroir… Jusqu’à ce que Yves H., le fils de Hermann (devenu scénariste quasiment attitré de son père depuis bientôt une décennie), les exhume et s’en inspire pour un nouveau projet, devenu Le Diable des sept mers.


Chronique par Jean Alinea