BD : Clifton - T22 : Clifton et les gauchers contrariés

Auteurs : Turk et Zidrou

Editeur : Le Lombard



C’est quand même un petit événement réjouissant que de voir le dessinateur Turk reprendre du service sur la série Clifton ! Sans son compère De Groot avec qui il avait signé parmi les titres les plus marquants de la série (Week-end à tuer, par exemple), mais en bonne compagnie quand même puisque c’est l’omniprésent Zidrou qui se colle cette fois au scénario. Zidrou qui, parallèlement à ses propres séries, semble devenir un spécialiste des “reprises” de personnages classiques puisqu’il a signé coup sur coup les retours de Chlorophylle ou encore de Ric Hochet avant de se consacrer à celui du plus british des personnages de BD.


Pour les plus jeunes, rappelons que Harold Wilberforce Clifton est un ex-colonel (du MI-5), un éternel chef-scout, un amoureux des chats et un détective. Créé par Raymond Macherot en 1959, ses aventures se sont épanouies sous les plumes et pinceaux de Greg, Jo-ël Azara, Turk, De Groot et Bédu (mon préféré, ceci dit en passant)… avant de connaître une perte de vitesse commerciale et de qualité - il faut bien le dire - sous la houlette de Rodrigue.

Dans ce comeback inespéré, notre cher moustachu est appelé en renfort de Scotland Yard, qui patauge dans une étrange affaire : d’honnêtes citoyens perdraient subitement leur self-control, se mettant à rouler à droite, provoquant bien la panique au pays de sa Majesty The Queen et du non-sens (mais en aucun cas du contresens).


On a connu Zidrou plus inspiré mais il se met dans le bain, s’abstenant cette fois de flirter avec le pastiche (cf. ses Chlorophylle et Ric Hochet). Une petite mise en jambes donc, un peu “forcée”, comportant tous les ingrédients attendus (y compris le dernier saut d'humeur de la gouvernante, Miss Partridge) mais sans aucune surprise. Ma foi, si c’est pour nous offrir mieux par la suite, l’amorce n’est pas mauvaise et la qualité du dessin de Turk reste stationnaire.


Chronique par Jean Alinea