NOUVELLES : Booklegs - Bruxelles se conte #21, #22, #23 & #24

Auteurs : Soonckindt, Holaind, Ducoulombier, Giannoni
Editeur : Maelström RéEvolution


Les "Booklegs", déjà rien que le nom de cette collection sonne agréablement. On pense au terme "bootleg", la perle rare qu'il faut dénicher. Et puis, si on traduit littéralement, on obtient "jambes de livres", ce qui est très cohérent avec la vocation qu'ont ces petits bouquins de vous accompagner aisément dans vos déplacements. Fins et légers, d'une trentaine de pages et de format 12x18 cm, ils se glissent facilement dans un sac ou la poche d'une veste. Interactifs, livres de voyage et de partage, ils ont la spontanéité d’une écriture à dire, de la performance poétique, de l’instantané littéraire.

A ce format, Maelström propose la collection "Bruxelles se conte" : textes courts, théatre, poésie, conte,... approches les plus variées autour du thème commun qu’est Bruxelles. La fin de Novembre  voit paraître les numéros 21, 22, 23 et 24 : à découvrir !
La femme sans nom
Édith Soonckindt offre plusieurs voix et les anime pour faire parler le coeur du monde, voix de femmes, voix de l’intérieur, voix désespérées. Voix qui cherchent. Voix de la peur et de la pluie. Un parcours poétique dense et léger à la fois.

La Nostalgie du Carillon
Dans un style imagé et poétique, la jeune auteur Virginie Holaind raconte l'histoire d'un mendiant tiraillé entre son envie de chanter sa joyeuse vie d'antan - qui n'émeut aucun passant - ou d'accepter en cadeau un accordéon doté d'un étrange pouvoir qui lui permettra certes de récolter quelques misérables pièces... mais à quel prix ? Bouleversant et probablement allégorique de nos choix de vie.

Une âme de vagabond
Plus descriptif, ce bookleg-ci dépeint la ville par la vision que s'en fait une jeune vendeuse de chemises. Entre fines observations de détresse urbaine dans son immeuble et les petits rituels de routine professionnelle, la protagoniste inventée par Virginie Ducoulombier hésite entre l'acceptation d'une promotion ou un élan de liberté.  

Le laveur d'ombres
présente cinq contes "adultes", philosophiques, de David Giannoni, dont j'ai particulièrement apprécié "Le copiste", ainsi que celui qui lui donne son titre à l'ouvrage : l'histoire édifiante de l'ascension et le déclin d'une activité inventée et rendue lucrative par un bon à rien.

A noter que la collection "Booklegs" édite également le célèbre et protéiforme Alejandro Jodorowsky (le texte de sa pièce de théâtre L'école des ventriloques, deux recueils de poèmes et deux micro-essais autour du Tarot), ainsi que des noms confirmés (Laurence Vielle, Vincent Tholomé, Antonio Bertolli...) ou prometteurs de la poésie contemporaine*. 

Chronique par Jean Alinea

* Lisez aussi nos chroniques à propos des booklegs Birdomigrado de Giulietta Laki et l'hypnotique La nuit des singes de Julia Musté.