BD / HUMOUR : Une aventure rocambolesque d'Attila le hun : Le fléau de Dieu

Auteur : Larcenet et Casanave
Editeur : Dargaud



N’arrivant pas à suivre lui-même sa propre cadence stakhanoviste, Manu Larcenet délègue à présent le dessin (ou seulement l’encrage ?) de cette série à Daniel Casanave. Elle perd du coup en cohérence graphique là où elle avait déjà précédemment perdu en unité de ton :

Le temps de chien - plaçant un Sigmund Freud délirant dans un contexte western - était hilarant et à compter parmi les plus grandes réussites humoristiques de Larcenet.

La ligne de front, seconde aventure rocambolesque - impliquant Van Gogh dans la guerre des tranchées - avait dérouté par la noirceur et l’abstraction de son dénouement… mais restait réussi.

Après la psychanalyse et l’art, vint le moment pour la série de s’attaquer à la philosophie avec Le fléau de Dieu
Le postulat de départ pour aborder la question était excellent : prendre un barbare, en l’occurrence Attila le Hun, et l'imaginer lassé de ses conquêtes mondiales et en pleine remise en question. Malheureusement, la sauce ne prend pas. Ca se laisse lire sans déplaisir, malgré quelques lourdeurs, mais je n’ai pas ri une seule fois et on est en droit de mettre en doute la réelle motivation de ce bouquin en le refermant.

Chronique par Jean Alinea