BD : Gus - T01 : Nathalie

Auteur : Christophe Blain
Editeur : Dargaud



Contrairement aux mousquetaires, ils ne sont que trois à écumer l'Ouest. Profession : braqueurs (banques et trains). 

Principale préoccupation hors braquages : les femmes. Il y a Gus le dragueur, Grattan le timide qui se soigne et Clem l'homme marié et responsable mais qui se soigne aussi. Si le flinguage tous azimuts ne leur pose pas plus de problèmes existentiels que la plomberie à un plombier, c'est une toute autre affaire quant il s'agit des rapports au sexe prétendu faible.

Décidément, la comédie de marivaudage est un genre qui peut se conjuguer à tous les registres. Sfar l'avait mélangée avec plaisir aux poncifs du fantastique dans Grand vampire (ndlr. aujourd'hui rebaptisé Le Bestiaire Amoureux) ; Blain à son tour, délaissant momentanément son Isaac le pirate,  prend un plaisir communicatif à mélanger la drague au western dans Gus.

Au premier regard, ce premier album de Gus a de quoi surprendre. Les couleurs flash, limite kitsch , vous sautent aux yeux. Le dessin semble moins travaillé, plus "jeté" que dans Isaac.

Puis on se laisse entraîner par le rythme des angoisses, fantasmes et autres stratégies masculines, sujet déjà abordé dans le Pirate, mais à plus faible dose. Dans les scènes de mouvement, le dessin a quelque chose de bondissant, entre Tex Avery et Buster Keaton. L'humour jaillissant du téléscopage entre les fliguages et les états d'âme fonctionne parfaitement. L'album donne de plus en plus de plaisir à chaque lecture. Enfin, Gus pourrait servir de manuel de psychologie masculine - donc, les gars, lisez-le et relisez-le, mais ne le laissez pas tomber entre les mains de vos partenaires féminines, si vous ne voulez pas qu'elles comprennent trop vite que vous n'êtes pas le surhomme que vous prétendez être. A bons entendeurs. 

Chronique par Geoffroy