ESSAI : Adam et Eve

Auteur : Greenblatt
Editeur : Flammarion


“Que nous croyions à l’histoire d’Adam et Eve ou que nous la considérions comme une fiction absurde, nous avons été créés à son image.”

Professeur de littérature à Harvard, spécialiste de Shaekespeare et auteur de Quattrocento (prix Pullitzer 2012 de l’essai), Stephen Greenblatt expose cette fois l’influence du mythe biblique des origines sur la perception des humains à différentes époques. En effet, la représentation du premier couple et l’interprétation de sa légende ont bien plus évolué au cours du temps qu’on ne l’imagine.

Depuis le contexte dans lequel s’est compilé et rédigé l’Ancien Testament (aux alentours du Ve siècle av. J.-C., par des adeptes de Yahvé, très influencés par la mythologie de cette Babylone qui les tyrannisa) à l’acceptation actuelle de l’australopithèque Lucy comme étant notre ancêtre clairement identifiable la plus lointaine, en passant par les réinterprétations décisives du mythe par Saint Augustin au Ve siècle après J.-C.), les représentations picturales au cours de l’Histoire de l’Art (Masaccio, Bosch, Titien, Dürer, van Eyck, Rembrandt...) ou la démonstration de Mary Wollstonecraft (vers 1780) qui soutenait que l’histoire d’Adam et Eve a toujours servi à justifier l’oppression des femmes… l'érudition et la plume fluide de Greenblatt rend décidément cet essai passionnant.



Un livre inspirant, pour qui s'intéresse à l’Histoire, la littérature, la peinture, la philosophie, la  théologie ou la psychologie.


Chronique par Saphir