BD : Jeremiah - T31 : Le panier de crabes

Auteur : Hermann
Editeur : Dupuis



Si les trouvailles ont commencé à se faire beaucoup plus rares dans cette série post-apocalyptique qu’est Jeremiah, de nouvelles trognes, des dialogues mordants ou des retournements de situation cocasses m'ont encore fait ressentir du plaisir de lecture jusqu’au tome 28.

Hormis le fait que Jeremiah et Kurdy se partagent cette fois une même donzelle pour leurs batifolages et que l'auteur prend un malin plaisir à se moquer des installations-performances d'art contemporain, Le panier de crabes semble en effet confirmer la vacuité de la série depuis le 29e volume (le dernier en couleur directe). 

Verona est une jeune femme libertine en quête d'une vie plus aventureuse. Pour remercier nos héros de l’avoir dépannée sur la route, elle les invite dans la luxueuse villa de son paternel, un marchand d’art qui a fait l’erreur d’arnaquer un dirigeant de mafia. Inutile de préciser que ça se poursuivra en tuerie.


Aussi tragique soit la fin, elle ne parvient néanmoins plus à émouvoir, Hermann nous ayant déjà fait le coup trop souvent, de manière similaire. Sa répétitive apologie de la loi du talion devient pénible, ses dialogues ici ne font plus mouche (sans parler des notes "d'humour" assez machistes) et son dessin au trait est devenu peu esthétique. Quant à la couverture... je vous laisse juge avec l'image ci-dessus...

Au minimum trois albums en trop dans la série, ça laisse peu d’espoir de la voir redécoller. On aimerait voir Hermann ralentir la cadence et se consacrer à quelques one-shots graphiquement plus minutieux - dans le genre d'On a tué Wild Bill, ce serait bien - et habités d'un nouveau souffle thématique et narratif.