BD : Les demons d'Alexia - T07 : Chair humaine

Auteurs : Ers et Dugommier
Editeur : Dupuis


Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Alexia, en plus d'être charmante, possède des pouvoirs d'exorciste qui lui valurent tout d’abord d’être engagée au sein du C.R.P.S., cette institution luttant en toute discrétion contre les attaques paranormales qui agressent notre monde depuis tous temps. Mais le centre évinça et pourchassa finalement la jeune femme à cause de ses origines familiales, une lignée de sorcières prétendument exterminée. 

Il serait trop long de résumer ici le parcours initiatique horrifiant qui la menèrent finalement à devenir la directrice du C.R.P.S., mais toujours est-il que c'est aujourd'hui son statut. Elle est ainsi garante de l'équilibre entre magies blanche et noire.

Cette série mêlant polar et occulte est dessinée avec un classicisme moderne qu’apprécieront tant les nostalgiques de Will (Isabelle, Tif et Tondu, Le jardin des désirs…) que les jeunes lecteurs, cela grâce au trait dynamique de Ers et une mise en couleurs très réussie dans les atmosphères.

Après un brillant premier cycle de quatre tomes, de nombreux lecteurs se sont demandés quelle mouche avait piqué les auteurs, surtout le scénariste. 
En l'espace d'un second cycle composé de deux tomes, Le sang de l'ange et Les larmes de sang, c'est la fascinante image de leur héroïne qui en prenait un coup.
Sous prétexte d'insuffler davantage de "jeunisme" au personnage d'Alexia, cette dernière passait incompréhensiblement de la maturité d'une jeune femme profonde et complexe à un tempérament limite superficiel et écervelé.

Ce septième volume, Chair humaine, présente une aventure complète en un seul album, pour la première fois dans cette série... et m'a quelque peu réconcilié avec elle !

En déplacement pour un congrès en Grèce - qui se devait être de tout repos - , le séjour d'Alexia et son assistante Bérénice va être bousculé par l'apparition de nouveaux événements incompréhensibles. L'ombre d'Alexia, qui se transforme quand elle s'approche d'édifices religieux en est un signe avant-coureur. L'île sur laquelle les demoiselles comptaient flâner s'avère être une ancienne base militaire infestée de furets anormalement agressifs. Qu'est-ce qui meut les instincts meurtriers de ces animaux ?

Chronique par Jean Alinea

N.B. : Si vous avez aimé, plongez aussi dans l'ésotérisme africain des deux premiers volumes des Nouvelles aventures de Jimmy Tousseul, de Desorgher et Despas (chez Glénat).