BD : Afrika

Auteur : Hermann 
Editeur : Le Lombard

On sent que Hermann a transmis une part de sa propre misanthropie à son nouveau protagoniste, Dario Ferrer. Ce personnage bourru à l’insondable passé protège sa réserve naturelle contre les braconniers, dans un pays africain au gouvernement corrompu.

L'arrivée d’une journaliste va involontairement compliquer sa vie, créant malentendus au sein de son couple et l’obligeant à se confronter à ses propres démons.

Afrika est à la fois un plaisir et une déception.


Plaisir parce qu’après une fréquence accrue d’albums complètement ratés (Girl from Ipanema, Vlad l’empaleur et surtout le déplorable La vie exagérée de l’homme nylon), on craignait le début de la fin. Or, Afrika redresse la barre et Hermann démontre qu’il reste encore capable de bonnes choses, même si c’est ici sans innovation aucune.

Déception parce que ce grand Monsieur de la BD semble avoir trouvé une recette de construction d’histoires et qu’il la répète inlassablement depuis des années. Parmi les autres défauts de cette BD, on peut reprocher certaines erreurs anatomiques, ainsi qu’un manque de finition de certaines cases. Pour compenser, Afrika offre bien sûr quelques séquences d’animaux dans la savane que certains jugeront splendides… mais qui selon moi semblent tout droit sorties d’un documentaire National Geographic sans autre interprétation artistique.

A
frika est un bon album… mais quand on connaît Hermann, ses Missié Vandissandi, Caatinga, On a tué Wild Bill ou ses Bois-Maury, on regrette le bijou qu’il aurait pu en faire.

Chronique par Jean Alinea