BD : Morgane

Auteurs : Kansara et Fert
Editeur : Delcourt

Les auteurs se réapproprient un pan de légende arthurienne pour en offrir une vision moderne, décalée, parfois amusante, parfois grinçante, restant fondamentalement violente, tragique et équilibrée entre fascinante beauté et désespérante noirceur. Le choix de focaliser sur le destin de la protagoniste qui donne son titre à l’album confère de plus au récit des allures de manifeste féministe. 


Morgane cherchera à se venger de son arrogant demi-frère Arthur - qui l'a privée de sa place légitime d'héritière du trône - et de la tyrannie de la Table Ronde. Son mentor, le mage Merlin, n’aura jamais paru si jeune, manipulateur, machiavélique et peu sympathique qu’ici. D’autres personnages se dévoilent également sous un jour nouveau, comme cette Guenièvre qui perd de sa grâce pour paraître vaudevillesque et ridicule.

La réussite de ce one-shot vient non seulement de son scénario bien ficelé et surprenant, mais aussi de son graphisme stylisé, en peinture numérique, très coloré (des teintes bleues, violettes, fuchsia, se diversifiant au gré des chapitres), qui semble puiser son influence tant dans des oeuvres de Gustav Klimt, le tarot de Marseille, les cubistes, les expressionnistes, que dans des livres de contes pour enfants ou les BD ado-adultes des Kerascoët (Miss Pas Touche, Jolies Ténèbres), de Bastien Vivès (Le goût du chlorePolina, Pour l'Empire), etc.


Un sacré mélange de genres et d’ambiances, qui fonctionne curieusement à merveille. Pour public "averti".


Chronique par Jean Alinea