BD : Old Pa Anderson

Auteurs : Hemann, Yves H.

Editeur : Le Lombard





Hermann le workaholic surproduit toujours, multiplie les collaborations avec son scénariste de fils (Yves Huppen)… et ne nous a plus offert d’album vraiment réjouissant depuis une dizaine d’années. Occasionnellement, quelques décors impressionnants (le parc d’attractions désaffecté du 32e Jeremiah, les scènes de jungle dans Menace sur le fleuve…) ou des idées amusantes (Retour au Congo, Un gros chien avec une blonde…) démontrent que le vieux briscard de la BD n’est pas à court de ressources. Seulement, hormis en matière de composition de pages (qui restent d’une fluidité narrative impeccable), les choses lui viennent sans doute moins facilement qu’à sa grande époque. On aimerait le voir ralentir un peu la cadence pour prendre le temps de peaufiner (certains visages, décors…)



Autour de ce one-shot noir de noir (dans tous les sens du terme), intitulé Old Pa Anderson, une banderole rouge de l’éditeur annonce : “Mississippi, 1952. Face à l’injustice, reste la vengeance.” En effet, voilà qui résume parfaitement cette bande dessinée : si vous vous attendez à quelque chose de plus subtil qu’une histoire de loi du talion, passez votre chemin. Il s’agit juste d’un banal et sordide fait divers de vengeance durant les dernières heures (du moins légalement) de la ségrégation raciale dans le sud des U.S.A. Les auteurs nous gratifient d’un petit dossier documentaire en postface, mais comme souvent, l’argument “inspiré d’histoires vraies” sert à masquer la faiblesse du scénario. Le thème a déjà été traité de nombreuses fois et de manière plus originale. 



A noter que la boucle bouclée avec le chien est sans doute une trouvaille grinçante de Hermann, cela correspondant bien à son sens de l’humour (noir ici).