BD : Cythère, l’apprentie sorcière

Auteur : Fred

Editeur : Dargaud


(A lire dès 6 ANS)

Pour ceux qui l’ignorent encore, Fred (1931-2013) était le créateur des aventures surréalistes de Philémon, mais aussi de “one-shots” aussi absurdes que bouleversants, tels Le corbac aux baskets ou L’histoire du conteur électrique, pour n’en citer que mes deux préférés. Il reste aussi dans les mémoires par ses détournements absolument géniaux des codes narratifs de la bande dessinée.



Cythère, l’apprentie sorcière est en revanche une oeuvre mineure dans sa bibliographie… ce qui ne signifie pas “inintéressante” pour autant. Fred semblait ici avoir pris sous son aile des éléments éculés du conte pour enfants pour les transformer avec son style inimitable : la chaumière isolée, des volatiles noirs, la jeune fille rousse, la grand-mère sorcière vêtue de noir, portant un chapeau pointu, ne se déplaçant pas sans son balai volant… Tous ces clichés faisaient raisonner en ce singulier dessinateur de nouvelles situations abracadabrantes.

S’il réserva ses trouvailles les plus originales pour Philémon, ses sujets de prédilection sont là (l’arbre, le corbeau, le soleil, la lune, le gendarme, le paysan, le marionnettiste…), ainsi que son style graphique si particulier, à la fois maladroit et maîtrisé, sans oublier le charme de ses dialogues entre personnages naïfs et bourrus. 



On suit, non sans plaisir, la jeune Cythère dans ses dix leçons de magie, appliquées de manière inattendue. Ces histoires courtes, créées à l’origine (1978) en noir et blanc, pour les besoins du journal de jeunesse Pif, bénéficient aujourd’hui d’une mise en couleur judicieuse signée Isabelle Cochet. 



Cette nouvelle édition se clôt d’autre part par une rareté, offerte en bonus : un mini-récit qui comporte quelques similitudes avec Cythère, intitulé La Voiture du clair de lune et qui fut chanté par Jacques Dutronc. Une collaboration supplémentaire entre les deux artistes, Fred ayant précédemment déjà composé quelques textes pour le chanteur, parmi lesquels le tube Le fond de l’air est frais.



Une BD un peu datée, parfois un peu creuse*, mais charmante. 
Ce qu’illustre parfaitement cet extrait :

“- C’est gentil un fantôme, Grand-Mère…

- Oui, ma fille… Ils sont vides mais ont un bon fond.”



Recommandé seulement aux inconditionnels de Fred… ou de sorcières.



Chronique par Jean Alinea