BD : La Bible selon le Chat

Auteur : Geluck
Editeur : Casterman

Un Chat de plus ? Tiens non, cette fois, Philippe Geluck a eu la bonne idée de changer un peu sa formule. La Bible selon le Chat se présente en un album-coffret contenant une histoire suivie, étalée en 2 petits volumes "à l'italienne" ("C'est un miracle ! Regardez ! Il a multiplié les albums ! Nous croyons en toi, Geluck !"). Chaque page représente environ une case de BD (certaines en comportant plusieurs, d'autres juste du texte).

Le premier volet présente la genèse de l'univers. Un démarrage pas toujours très bien rythmé, à l'humour parfois un peu poussif... mais ça s'améliorera au fur et à mesure. Le Chat tient ici le rôle de Dieu et son épouse n'est autre que la Mort (un couple explosif, évidemment, qui se dirige inéluctablement vers une rupture). Première création satisfaisante de Dieu, le mouton (ou agneau pascal) devient simultanément son inséparable compagnon, cobaye et esclave... qui tient donc plus du disciple de Léonard (par Turk et Degroot) que du Milou de Tintin.

C'est dans le livre second que Geluck distille ses meilleures idées du moment, plus inspiré par la création de l'humanité que par un monde sans elle... malgré les désastreuses conneries qui ont pu s'ensuivre. L'auteur prend un malin plaisir à mélanger allègrement les références, disséminant dans ses récits bibliques des allusions tant aux contes de fées qu'aux clichés de l'Histoire, sans oublier l'apparition furtive de figurants tels Nestor (le majordome de Moulinsart) ou Sarkozy.

On pouvait craindre que cet exposé loufoque parte en vrille, mais l'auteur retombe aussi bien sur ses pattes que son félin d'animal. Une très bonne surprise après quatre albums facultatifs.

Pour parer à cette morosité dans laquelle l'humanité sombre, prenons à la lettre cet ultime commandement : "Tu riras de tout, car vu qu'on va tous crever un jour où l'autre, seul l'humour te permettra d'avoir un peu de recul sur les vicissitudes de l'existence."
Chronique par Jean Alinea