BD : Sirène

Auteur : Collignon
Editeur : Dupuis



Daphné Collignon, illustratrice très sollicitée pour des livres de jeunesse ou des couvertures de romans, nous invite à nouveau dans son univers le plus personnel, celui qu'elle développe dans ses bandes dessinées en solo. On retrouve ses dessins jouant magnifiquement des contrastes, ses belles femmes qui se ressemblent entre elles, ses textes en monologues poétiques, parfois décousus... tout cela formant un équilibre narratif aussi esthétique que fragile.

Moins hermétique que les deux tomes de Coelacanthes (parus chez Vents d'Ouest), le "one-shot" Sirène semble pourtant constitué d'une démarche artistique similaire et pourrait même en être une forme de suite. On y retrouve effectivement le prénom de Magda, la chanteuse qui évoque la femme-poisson, des physionomies semblables, la dualité et la quête identitaire féminine...

Autant d'obsessions récurrentes transposées ici dans un tout autre contexte, plus chaud, puisque la protagoniste cherche au Maroc le père de l'enfant qu'elle porte. Au gré de son voyage, elle conscientise que pour un homme, assumer un bébé hors mariage avec une étrangère est invivable en ces contrées. Les tortures psychologiques de Magda sur les questions de la maternité vont se refléter au travers d'une rencontre avec une autre jeune femme, muette, lui ressemblant étrangement (hormis la couleur de cheveux). 

Pas de "solide scénario" ici, mais un récit initiatique et d'introspection, servi par un graphisme superbe, sensuel. Le public sensible à la période filmographique abstraite de Lynch, aux beaux-arts ou à la poésie apprécieront. Pour les esprits les plus cartésiens, l'approche de ce type de romans graphiques "psychologiques" et "arty" sera plus difficile... mais ouvrira peut-être leur perception de ce que peut aussi véhiculer la bande dessinée.

Chronique par Jean Alinea