BD : Blacksad - T04 : L’Enfer, le silence


Auteurs : Guarnido et Diaz Canales
Editeur : Dargaud

 
Après une première couverture aux tonalités noires, une seconde - à l’inverse - enneigée et une troisième dans les rouges, revoici notre héros félin qui s’affiche cette fois en bien mauvaise posture, sombrant dans les eaux bleues. Et c’est bien de blues qu’il s’agit dans ce quatrième tome, intitulé L’Enfer, le silence : Blacksad y enquête dans la Nouvelle Orléans, un patron de maison de disques mourant l'ayant chargé de retrouver un musicien héroïnomane et capable des pires bêtises.

Comme d'habitude, chaque double planche est une leçon de composition, de rythme et de dessin, les personnages secondaires sont truculents… Bref, une fois de plus, on est impressionnés par le boulot des auteurs. 

Cependant, un petit bémol se fait ressentir côté scénario : tout en restant classique dans la trame de base, Juan Diaz Canales quitte cette fois la linéarité pour une mise en place plus complexe. Intéressant… sauf que je me suis demandé en refermant le livre si la conclusion nécessitait ces perditions dans des flashbacks pas toujours fluides et ces ambiances d’ordre fantastique quelque peu gratuites. A moins que ces zones d’ombres soient exploitées dans de futurs tomes ?


L’enfer, le silence constitue une histoire complète, dans la continuité des précédentes. On passe un très bon moment de lecture, oui, mais ça manque d’un chouïa de je-ne-sais-quoi pour s’extasier complètement.

Chronique par Jean Alinea

Lisez aussi notre avis à propos de 
Blacksad - T05 : Amarillo ou consultez notre interview de Juanjo Guarnido.