Marilyn, de l’autre côté du miroir

Auteur : Christian De Metter
Editeur : Casterman



Attention aux éventuels malentendus : Marilyn, de l’autre côté du miroir n’est pas une biographie de Marilyn Monroe ! Il s’agit d’une pure fiction dans laquelle l’auteur invente de toutes pièces une anecdote aussi inconnue que saugrenue qui serait arrivée à la célébrissime actrice. Si je n’avais pas été séduit par l’ouvrage, j’aurais pu dire que l’auteur use de la facilité en récupèrant un mythe pour en faire la protagoniste d’un récit sans laquelle il serait passé inaperçu. Mais l’utilisation de Marilyn ici n’est pas gratuite : Christian De Metter offre un regard sensible et intelligent sur la personnalité de la star et son hommage est probablement le plus beau que je connaisse.

Manhattan, 1959. Norman Wells est un type classique, banal mais sympa, timide et chroniqueur. Un soir, dans un bar, il fait fortuitement la connaissance de Truman Capote dont il est fan. Le célèbre écrivain est accompagné d'une belle brune complètement ivre. Norman saisit l'occasion et propose de les reconduire. Les hasards incroyables continuent à s’enchaîner pour Norman, jusqu’à se retrouver en pleine campagne enneigée, aux côtés de Marilyn Monroe, à la recherche d’un abri pour la nuit suite à une panne de voiture. Ils seront assez froidement accueillis au sein d’un vieux manoir.

Le récit captive et nous plonge dans une ambiance inquiétante. On retrouve dans ce livre les cases peintes et ce réalisme qui caractérisent le plus souvent le style De Metter depuis la trilogie Emma (en 2000, chez Triskel). On retrouve aussi son goût pour les atmosphères étranges, le fantastique sous-jacent, le trouble entre ce qui est tangible ou rêvé. Le seul bémol réside selon moi dans l’épilogue. Certes, il en fallait un, sans quoi ç’aurait été un peu court… mais… celui-là me semble décridibiliser quelque peu l’ensemble. Moi qui aime beaucoup les one-shots, j’aimerais pourtant que Marylin se poursuive durant un ou plusieurs tomes.

Chronique par Jean Alinea