POESIE : Solo de Amor (d’amour seul)

Auteur : Jodorowsky
Editeur : Maelström



Si la poésie contemporaine laisse parfois le public dubitatif par ses côtés hermétiques ou quelques performances plombantes, il est des exceptions qui bouleversent les sens et ouvrent l'esprit. Dans des  albums comme Fantaisie militaire (1998) ou L'imprudence (2002), Alain Bashung popularisait d'ailleurs l'évolution du genre en en dressant une ode musicale brillante, jouant sans cesse des allégories aux interprétations multiples.

Parmi d'autres oeuvres poétiques d'exception - qu'il serait un peu long d'énumérer ici -, je relève ce Solo de Amor, par le décidément protéiforme Alejandro Jodorowsky. L'auteur a réuni ici ce qu’il estime être les plus beaux passages de ses recueils précédents (De ce dont on ne peut parler, Dire ne suffit pas, L’échelle des anges et Les pierres du chemin). De nouvelles pages, plus actuelles et encore inédites, viennent s’adjoindre.

Si c'est clairement des thèmes de l’amour et du désamour dont Jodo traite ici, on s’y perd parfois dans ces vers habités. Bien sûr, la lecture du livre d’une traite peut s'avérer indigeste. Mais le plus souvent, ses images sont puissantes. Une plongée en âme humaine confrontée à la solitude, la passion, la colère, le désespoir, la jalousie (cf. l’extrait scanné ci-dessous) ou encore la rupture… Tant de sentiments vus sous l’œil intérieur de l’artiste, sans concessions, ni envers lui-même, ni envers l’être aimé.

Notons que le titre du receuil Solo de Amor signifie à la fois "Seulement d’amour" et "Seul dans l’Amour"…

Des poèmes à savourer, à souffrir, et - pourquoi pas - à méditer en couple. 
A ce propos, je vous cite un passage qui m’a marqué :

Tu n’es pas tout ce que je veux

Mais celui qui en moi veut

N’est pas tout ce que je suis


Chronique par Saphir

N.B. : Maelström est une maison d’édition belge, principalement dédiée à la "réévolution poétique",
et au vu des divers extraits proposés sur leur site, d’autres poètes semblent habités d’un souffle nouveau et enthousiasmant. A suivre, donc.