BD : Jeangot – T01 : Renard Manouche

Auteurs : Sfar et Oubrerie
Editeur : Gallimard



Après Pascin, Gainsbourg et Chagall, Joann Sfar se lance dans un récit initiatique et imaginatif, inspiré par la biographie d’un autre monstre sacré (et apatride) : Django Reinhardt. On sent que l’auteur a pris la peine de se documenter abondamment sur le parcours de vie, les anecdotes et aussi les légendes courant autour du guitariste tsigane… avant de mettre tout ça de côté et de s’amuser avec. 


Un amusement qui est perceptible dans les moindres détails : ainsi, Sfar s’empare par exemple de l’orthographe erronée "Jeangot Renard" telle qu’elle était stipulée sur le premier disque du musicien (parce que ce dernier ne savait pas comment écrire son nom), en remplaçant toutefois le "d" par le "t"  en hommage au Roman de Renart… célèbre récit moyenâgeux dont la malice influe sur le ton "politiquement incorrect" de cette bande dessineé animalière.

Né dans une roulotte en Belgique, le petit Jeangot Renart sauvera dès son jeune âge un petit hérisson d’une cruelle tradition gitane et l’adoptera comme un frère : Niglaud. C’est ce dernier qui, devenu vieux, est le biographe et narrateur de l’histoire. Dans l'ordre chronologique, il retrace les mésaventures de leur duo musical dans les rues d’Europe du Sud et du Maghreb, leurs errances de dévergondés précoces dans le Paris de l'Entre-deux-guerres... et puis bien sûr le tragique accident qui valut à Jeangot de perdre l’usage partiel de ses doigts.

Tout ça est brillamment mis en images et en planches par Clément Oubrerie, également collaborateur de Julie Birmant pour Pablo, un autre récit "biographique", un peu moins humoristique mais tout aussi cocasse.

Une lecture rafraîchissante, qui n'attend que le second volume pour confirmer son statut de petit coup de cœur.

Chronique par Jean Alinea